Célébration du Gamou de Cheikh Alioune Souaré à Dianaba, le Vendredi 21 Avril à Dianaba

De grands moments de recueillement et une invite à cultiver la paix

 Une fois, le Ndiguel obtenu auprès du Khalife Général des Mourides, Serigne Sidy Moukhtar Mbacké et celui de son marabout, Serigne Moustapha Mbacké Mohamed, il ne reste plus qu’à dérouler le programme prévu. Les autorités administratives sensibilisées sur les nombreux fidèles attendus et venant de partout, Cheikh Alioune Souané a lancé un appel en direction des fidèles invités à prendre part à ce grand rendez vous inscrit dans le calendrier musulman. En prélude à ce Gamou prévu, le 21 avril prochain, le bienfaiteur connu des Sénégalais et des Sénégalaise s’est adressé à la presse à son domicile.

Si on énumère les réalisations de Cheikh Alioune Souané, au Sénégal, on serait tenté de toucher à bon nombre de secteurs : éducation avec des bourses offertes dans les pays arabes, des billets offerts pour les besoins du pèlerinage pour les Lieux Saints de l’Islam, l’électrification rurale dans les villages alentours, la construction d’un barrage anti sel, les mosquées, les Daras, les centres de santé , la construction de maisons en ciment en lieu et place des maisons en banco, la route Kolda/ Dianaba …Fier de toutes ses réalisations, Cheikh Alioune Souané est aussi l’archétype du disciple mouride formé à l’école de Serigne Cheikh Mbacké Gaindé Gatma et poursuivi par ses descendants, Serigne Mbacké Sokhna Lô, Serigne Moustapha Mbacké Mouhamed. De cette école, où bon nombre de personnes ont été moulées, il ne reste que les actions en direction de ces dernières dans le social.

Cheikh Alioune Souané, c’est aussi la discrétion dans la recherche de la paix en Casamance où il bénéficiait de la mansuétude des combattants de par son statut de chef religieux respecté et ne cessant de prôner la paix. D’où cette anecdote racontée par lors d’une conversation avec Sidy Badji : « tu investis un peu partout dans le Sénégal, pourquoi ne feriez vous pas cela en Casamance. Il faut la paix et la sécurité pour avancer et se développer, dira t-il en réponse. De la même manière, j’ai eu à rencontrer l’Abbé Diamacoune lors d’un forum d’échanges à Diouloulou : « dans la vie, il faut mener certaines actions dans la discrétion. Je n’avais pas besoin de crier sur tous les toits que je rencontrais un tel ou un tel ; ce n’est pas mon tempérament ni ma manière de faire. Aujourd’hui, on voit que les négociations avancent beaucoup car, il y a moins d’intermédiaires qui se proclament influents alors qu’ils ne le sont nullement. J’ai plus agi dans l’ombre que dans le voyeurisme. »

Evoquant la question des Daraas au Sénégal, Cheikh Alioune Souané a rétorqué : « je suis un pur produit des Daraas, à l’image de mes parents et grands parents. J’ai été formé à Touba, de là bas, je suis parti en Algérie pour parfaire mes humanités. Notre ambition est de faire avancer notre religion et faire comprendre le message du Saint Coran. La compréhension du Coran facilite la vie en société  et permet de vivre en harmonie et d’adorer Dieu. »

Enfin, le chef religieux a annoncé que le programme s’articulera pour l’essentiel, sur la déclamation du Saint Coran, des communications sur la vie du Prophète Mouhamed Psl ainsi que la lecture des Khassaides de Cheikh Ahmadou Bamba, Khadimou Rassoul.

Ibrahima Diop

 

 

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*