Guinée-Bissau : la caserne des Bérets rouges attaquée, les assaillants repoussés

Les corps de deux assaillants gisent près de la caserne des Bérets rouges, le 21 octobre 2012. REUTERS/Alberto Dabo

En Guinée-Bissau, de nouvelles violences impliquant des militaires se sont produites ce dimanche 21 octobre. Un commando a attaqué tôt ce matin une caserne de la capitale. L’assaut a été repoussé. Mais on ignore pour l’instant ce qui motivait ce groupe.

C’est tôt dans la matinée, vers 4h00, que le commando a lancé l’attaque contre la caserne des Bérets rouges, située près de l’aéroport de Bissau. Les unités d’élite de l’armée de Terre ont aussitôt répliqué. Des coups de feu ont été échangés pendant une heure environ, puis les assaillants ont pris la fuite, laissant derrière eux six corps criblés de balles. Une sentinelle de l’armée, qui était en position devant la caserne, a également été tuée.

Les alentours ont aussitôt été bouclés, de même que le siège de l’état-major situé dans le centre. Les forces armées ont été mises en état d’alerte.

Commencent alors les questions : qui sont ces assaillants, pourquoi ont-ils lancé cette attaque ? Des sources militaires affirment que le commando était dirigé par le capitaine Pansau N’Tchama, lui-même issu des Bérets rouges. Un officier récemment revenu du Portugal où il était en formation militaire depuis juillet 2009.

N’Tchama avait fait partie du commando ayant assassiné en 2009 l’ancien président, Nino Vieira. Il est réputé proche de certaines personnalités politiques bissau-guinéennes. Ce soir, en tout cas, il est activement recherché par l’armée bissau-guinéenne.

RFI

Admin

www.dakar-info.com est le "petit site qui monte" dans le paysage médiatique sénégalais, à tel point qu'il est devenu aujourd'hui l'un des sites régionaux les plus visités de notre pays. Vous voulez vous informer sur ce qui se passe chez nous? vous avez une information à publier? Restez connectés ou contactez-nous par mail : contact@dakar-info.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*