Mouhamadou Moustapha Diaw, Coordonnateur du Pasa Loumakaf à la Foire Internationale de l’Agriculture et des Ressources Animales :

« Les difficultés d’accès à l’eau favorisent la transhumance et la recherche de pâturages »

A un plus d’un an de la fin du Projet d’Appui à la Sécurité Alimentaire, dont la mise en oeuvre est assurée par le gouvernement en relation avec le Programme mondial pour l’agriculture  et la sécurité alimentaire (GAFST) et la Banque Africaine de Développement, Mouhamadou Moustapha Diaw, coordonnateur du dit projet est revenu sur les grands axes non sans renseigner sur les réalisations à mi parcours. Entre autres missions du Pasa Loumakaf, renforcer la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté dans sa zone d’intervention grâce à la maitrise de l’eau avec la mise en place de fermes agricoles avec l’horticulture.

Faisant le bilan d’étapes, Mouhamadou Moustapha Diaw a renseigné : « sur 46 fermes prévues, nous en avons réalisé 30, tout comme, nous avons aménagé des bas fonds, pour un total de 14 sur 22 prévus. C’est surtout dans le domaine de la riziculture que c’est fait pour favoriser l’accès à l’abreuvement du bétail en zone sylvo pastorale à Louga, Kaffrine et Matam. Il s’agit d’un financement de 25 milliards Fcfa, qui prendra fin le 31 décembre 2018. »

S’expliquant sur l’intérêt du projet PasaLoumakaf , le coordonnateur ajoutera : « il est difficile de faire de l’élevage intensif surtout que les conditions du milieu dictent l’accès ce qui favorise la transhumance et la recherche de pâturages. Le cas échéant, les éleveurs sont obligés de se déplacer pour trouver de l’eau. »

Le coup de pouce donné à la filière laitière fait aussi partie du projet PasaLoumakaf : « nous sommes en voie de finaliser les 18 forages pastoraux car le projet implique aussi la constitution de réserves fourragères notamment pour appuyer l’élevage intensif. Les espèces à sécuriser sont le mouton. 120 bergeries sont prévues dont 70 déjà réalisées avec la mise en place d’étals sachant que l’objectif est d’arriver à l’autosuffisance en moutons de Tabaski et en lait. »

Ibrahima Diop

 

 

 

 

 

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*