Pour l’honneur et pour la mafia

«La monarchie dégénère ordinairement dans le despotisme d’un seul; l’aristocratie dans le despotisme de plusieurs, la démocratie dans le despotisme du peuple»

Montesquieu

Evoquer la «Sénégalité» tardive de Karim Wade pour lui barrer le chemin de la présidence est un faux débat et c’est un précédent très dangereux dont les conséquences, présentes et futures, peuvent affecter de nombreuses générations de compatriotes. Si le débat de l’accession de Karim à la présidence de la République est, pour certains, une affaire de souveraineté, de bons sens, d’honneur et/ou d’opportunisme, pour le fils de Vivianne c’est une question d’existence. Pour lui, comme pour les Wade, la question ne se pose pas. «Karim Micha est né pour diriger le Sénégal, il le fera et peu importe le prix à payer», me disait un ami Commissaire de Police pour me convaincre de rejoindre le camp de ceux qui devaient travailler pour la cause de Karim. C’était en 2003 déjà. Et depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. La tournure des événements que nous voyons laisse penser que cet ami avait vu juste. Faire de Karim son successeur n’avait jamais effleuré l’esprit de Wade même si Vivianne l’envisageait et travaillait discrètement à ce projet. C’est en 2004 que tout s’est précipité. Sans occulter la trahison d’Idrissa Seck et la volonté du Pape du Sopi de voir la lignée des Wade entrer dans les manuels d’histoire de l’Afrique, c’est l’affairisme de Karim qui les a poussés à s’engager dans cette voie suicidaire. Il y a eu d’abord l’affaire -démentie- de l’arrestation de Karim à Paris avec une mallette bourrée de pétrodollars, -non par la Douane française comme évoquée par la presse mais-, par la PAF qui a tout mis en branle et fait comprendre au fils Wade que sans immunité il est aussi vulnérable que n’importe qui et risque à tout moment d’être conduit derrière les barreaux. Parce-que, ce jour-là, Karim voyageait avec son passeport français. Depuis lors beaucoup de faits, faux ou avérés, ont été imputés à Karim et à ses amis et le nombre de leurs ennemis n’a cessé d’augmenter. Des industriels floués aux entrepreneurs à qui ils auraient promis des affaires au Sénégal sans jamais tenir leurs engagements, la liste est longue. Si lui, Karim, n’a jamais été inquiété, il le doit à l’immunité que lui procure son rang de fils p…  Aussi la multiplication de ses investissements dans le pays n’a d’égal que le nombre de soupçons qui pèsent sur lui quant aux origines de ces fonds. A titre d’illustration, il est l’un des principaux actionnaires, avec les libanais propriétaires du Café de Rome, de Sunéor, le seul patron avec Sindjély de Dakar-Dem-Dikk et tutti-quanti…Pour la petite histoire, juste auréolé de sa victoire sur Abdou Diouf, Abdoulaye Wade avait demandé à ses amis, dont Alain Madelin, de solliciter le patron de Vivendi pour l’aider à régler le problème du transport urbain à Dakar. Ce dernier, accédant à sa demande, lui a offert quelques vieux bus en lui suggérant de prendre Christian Salvy, un retraité de la boite, comme administrateur. Au même moment par le canal du G15 –une école indienne de formation à Dakar- Pierre Atèpa Goudiaby avait appris qu’un multimillionnaire indien cherchait à nouer des partenariats en Afrique pour exporter la marque Tata presque inconnue en dehors de son pays d’origine. Il prend contact avec l’indien, l’invite à Dakar et le présente aux Wade. Les Wade disent ne pas vouloir du projet mais dès que le gars a quitté le palais Karim et ses amis se rendent en Inde et ficèlent discrètement le partenariat avec l’indien. Atèpa n’y a vu que du feu ! Voila comment les Wade ont créé Dakar-Dem-Dikk sans aucun fondement juridique et la dernière fois que j’avais mis les pieds dans cette boite, – c’était en 2006- elle n’avait ni service comptable ni service financier. L’argent récolté la journée et acheminé, la nuit, dans des sacs vers le palais.

Hériter du foyer des ancêtres, c’est en conserver la flamme et non les cendres, conseillaient les sages du Mandingue. Notre devoir, c’est légitime, est de défendre ce pays contre les dérives monarchiques des Wade mais c’est aussi  éviter à ce pays l’embrasement. Nous n’avons pas besoin de nous haïr ou de nous battre pour savoir si Karim a oui ou non le droit de se présenter à la Présidence de la République. C’est la Constitution largement plébiscitée par son père et votée par les Sénégalais qui y a déjà répondu. Karim ne remplit pas les conditions pour être candidat à la présidence de la République du Sénégal comme il ne sera jamais président en France. En effet, l’article 23 de notre Constitution stipule que : «tout candidat à la Présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques et être âgé de 35 ans au moins.»  Or le fils du président, c’est de notoriété publique, est un national français même si personne ne peut lui contester sa sénégalité. Si les pères fondateurs de ce pays avaient pris la peine de mettre cette clause, c’est pour mettre ce pays à l’abri de graves manquements que pouvait causer la double nationalité du président. La binationalité d’un chef d’état met en péril la souveraineté du pays et menace les fondements de son existence. Le cas Alberto Fujimori au Pérou est là pour nous rafraichir la mémoire. Karim est un citoyen français et, à ce titre, il peut être entendu, poursuivi et même écroué par la justice française si jamais un juge français le voulait sans demander son avis au Sénégal. Même en tant que Président, la France disposant de base militaire à Dakar et un peu partout en Afrique peut venir le chercher dans son palais et le contraindre à aller répondre à la justice. Le cas de Manuel Noriega du Panama est encore frais dans les mémoires. De même, au cas où il commettrait des crimes au Sénégal, des manquements graves à ses devoirs, il peut tranquillement rentrer chez lui sans aucune possibilité pour le Sénégal de lui demander des comptes. La France n’extradant pas ses nationaux, nous n’aurons que nos yeux pour pleurer et il y aura toujours des aristocrates qui viendront nous dire : «na niou mougn bayiko ak Yalla1» en essayant de nous faire oublier qu’ils ont été servi par la mafia wadienne.

C’est Wade qui est le parrain de toute cette mafia et le concepteur de cet affairisme. Et quand on sait que, comme Al-Capone, le patriarche est un mortel et est mourant, il y a de quoi avoir peur. Il faut, pour la survie du clan, que quelqu’un continue son œuvre et garde la maison. C’est dans cette optique que les courtisans ont, avec Vivianne, convaincu le père que le meilleur serviteur du clan ne pouvait être que le fils. Voila comment l’idée de Karim Président est née. Pour Karim et la nouvelle classe d’aristocrates qu’il a créée, c’est une question de vie ou de mort. Karim ou ce sera l’enfer ! Dans la tête des Wade c’est clair, net et précis c’est une question d’honneur et l’honneur se lave dans le sang: «s’il faut brûler le Sénégal pour y installer Karim qu’il en soit ainsi!» En face d’eux, ils  trouveront toujours des Tout Sauf Karim prêts à mourir pour le Sénégal. Voila comment est née la tragicomédie à laquelle nous assistons et nous risquons, si nous n’y prenons garde, d’être les victimes. Refusons que notre pays serve de nouvelle destination aux mercenaires et ayons constamment ce conseil de feu le général Gueï Robert, en tête : quand les éléphants se battent, ce sont les herbes qui meurent. Faites Seigneur que ce ne soient que de mauvaises herbes !

Bacary Touré

Journaliste-écrivain

kimikikiko@yahoo.fr

1-Résignons nous et laissons-le avec Dieu

Admin

www.dakar-info.com est le "petit site qui monte" dans le paysage médiatique sénégalais, à tel point qu'il est devenu aujourd'hui l'un des sites régionaux les plus visités de notre pays. Vous voulez vous informer sur ce qui se passe chez nous? vous avez une information à publier? Restez connectés ou contactez-nous par mail : contact@dakar-info.com

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Pour l’honneur et pour la mafia"

Notifier des

Trier par:   Plus récent | Plus ancien | plus voté
Maguette G.
11 août 2009 20 h 14 min

Certes l’article 23 empêche Karim d’être candidat à la prochaine élection présidentielle mais, il ne l’empêche pas de renier sa nationalité française et donc d’être exclusivement sénégalais. Cet article n’est pas un obstacle entant que tel. D’ici 2012, si cette disposition demeure, Karim peut choisir de ne conserver que sa « sénégalité ». En tout cas, il n’est pas le seul.

Sakho
11 août 2009 20 h 36 min
Plan A et plan B d’un projet monarchique relancé par voie de contournement Pour Abdoulaye Wade l’ambition reste la même, la volonté demeure : faire de Karim le quatrième Président de la République du Sénégal. L’humiliation qu’à connu son fils, lors des récentes élections locales à Dakar, n’a pas été suffisante pour faire basculer la fibre paternelle dans le champ de la raison et ainsi l’amener à revoir la trajectoire tragico-politique naguère tracée pour sa progéniture. En se basant sur la configuration du nouveau gouvernement « fruit d’une remise en question » nous dit-on, on peut se rendre compte que… Lire la suite »
Boy GC
16 août 2009 1 h 50 min
Tres sincerement, je crois que ceux qui interviennent sur le net et jettent à longueur de journée l’anatheme sur le régime actuel sont: soit des gens qui ont quitté ce pays depuis belle lurette pour ne pas apprecier objectivement les avancées significatives dans tous les domaines, soit un un groupuscule payé à la tache,sont des résidents opposés au régime et animés de mauvaises intentions. En 2002, il était fréquent d’entendre que les salaires ne seront pas payés l’année suivante.Le contraire s’est produit avec une hausse générale Ade tous les salaires de la fontion publique ET l’allongement de l’age de la… Lire la suite »
wpDiscuz