Pape Mamaille Diockou responsable libéral à Paris : « A Ziguinchor le chef, c’est Abdoulaye Baldé »

Pape_Diockouscoopsdeziguinchor.com : Après sa distinction à titre honorifique comme membre du Conseil Supérieur des Sénégalais de l’extérieur, Pape Mamaille Diockou a été accueilli en grande pompe par les siens le dimanche dernier dans sa terre natale de Baghagha. Accompagné de ses proches et de plusieurs personnalités politiques de la région, le responsable libéral a saisi l’occasion pour réaffirmer toute sa fidélité et sa loyauté à Abdoulaye Wade. Et il se dit résolument engagé derrière le maire de Ziguinchor pour faire réélire le frère secrétaire général national du PDS en 2012. En marge de cette manifestation, Pape Mamaille Diockou a également eu le temps d’accorder un entretien à scoopsdeziguinchor. Un face à face qui a permis de passer en revue, entre autres questions, le problème de l’immigration en France, la crise casamançaise, la guerre de leadership au sein du PDS à Ziguinchor et bien également sa nomination à titre honorifique comme du Conseil Supérieur des Sénégalais de l’extérieur. Entretien…….

Mr Diockou, parlez nous un peu du Conseil Supérieur des sénégalais de l’extérieur

Vous savez le conseil supérieur des sénégalais de l’extérieur avait été mis en place sous le régime socialiste mais malheureusement cette structure n’a pas pu fonctionner peut-être pour des raisons politiques. D’autant plus qu’à l’époque ils n’avaient pris que des militants socialistes. Conséquence, la viabilité de cette structure n’était donc pas assurée. Même lorsqu’il y a eu l’alternance politique en 2000 avec l’avènement du régime libéral, elle n’était toujours pas fonctionnelle. Mais au regard de l’importance de l’immigration sénégalaise dans l’économie du pays, le chef de l’Etat Maitre Abdoulaye Wade et le ministre des sénégalais de l’extérieur Sada Ndiaye ont jugé nécessaire de mettre en marche cette structure dénommée Conseil Supérieur des Sénégalais de l’extérieur pour assister le gouvernement en terme de conseils, mieux orienter sa politique menée vers l’immigration et mieux assister les sénégalais dans le cadre juridique, social. Car contrairement aux idées reçues par une certaine opinion locale, l’extérieur n’est pas l’eldorado et les sénégalais qui y vivent rencontrent d’énormes difficultés. Donc il est de notre responsabilité d’apporter des débuts de solutions pour que le gouvernement puisse se les approprier.

Quel est votre sentiment après avoir été distingué honorifiquement comme conseiller des sénégalais de l’extérieur ?

Si aujourd’hui on n’a choisi ma modeste personne, je ne peux que me réjouir et ressentir une certaine fierté. Il n y a aucun salaire mais le fait d’être choisi parmi les trois millions et quelques de sénégalais est pour moi une grande reconnaissance et c’est l’occasion de dire merci au président de la république du fond du cœur, merci à ceux qui m’ont fait confiance et j’espère que cette nomination me permettra de leur prouver qu’ils ne se sont pas trompés dans leur choix.

Est-ce que vous aussi vous n’allez pas prendre le même chemin que les socialistes pour travailler seulement avec les libéraux ?

Il va falloir c’est vrai à chaque fois se poser des questions sans ambages et de regarder les choses en face, de voir ce qui a marché et ce qui n’a pu marcher au sein de cette structure et d’en déceler les causes. Nous savons qu’à l’époque seuls des socialistes étaient choisis niant l’existence de forces vives qui géraient les sénégalais de l’extérieur au quotidien. Je pense que cette erreur est corrigée aujourd’hui. Ce n’est pas parce que Pape Diockou est libéral qu’il n’a pas conscience des problèmes des autres sénégalais.

Et selon vous qu’est-ce qui justifie le choix porté sur votre modeste personne ?

Si on m’a choisi, c’est parce que je représente quand même une bonne partie des sénégalais pour mon engagement non pas politique mais associatif. Je ne vais pas refaire mon CV politique ou associatif ici mais permettez moi simplement de vous rappeler que j’ai été le président de l’Association des Etudiants Africains et Sympathisants de la Sorbonne qu’on appelle souvent AMECAS pendant plus de trois ans, fondateur et premier porte parole d’une association qu’on appelle ASERP (Association des Etudiants Sénégalais de la Région Parisienne), j’ai crée avec des amis l’Association d’origine casamançaise en France qui fonctionne jusqu’à présent, je suis encore le président d’une association qu’on appelle Diaspora Casamance qui fonctionne toujours et qui représente une bonne partie de la diaspora sénégalaise en France et je suis membre fondateur depuis 2000 d’une association qui regroupe la forte communauté manjacque en France qu’on appelle Muntunkar qui signifie l’entraide dans la langue maniaque. Et enfin je suis libéral et qui dit libéral dit également des militants qui sont derrière ma modeste personne et qui me soutiennent.

Votre distinction est donc, selon vous, plus liée à votre engagement dans le mouvement associatif qu’à votre coloration politique ?

Mais je pense que ce qui a le plus motivé les autorités à me faire confiance ce qu’elles savent qu’au-delà de mon engagement politique, je suis avant tout un produit du mouvement associatif qui œuvre pour le bien-être des étudiants et les sénégalais qui vivent en France. S’y ajoute qu’en tant que juriste et avocat de formation, elles ont voulu là également me faire intégrer dans cette structure là pour que je puisse, avec la commission juridique, pouvoir donner des perspectives, signaler aux autorités consulaires et diplomatiques vivant à l’étranger des cas de sénégalais qui sont dans des difficultés juridiques, financières ; et leur donner des pistes de réflexion pour assurer en tout cas une assurance diplomatique effective.

Si on vous comprend bien, la prise en charge des questions juridiques des sénégalais de l’extérieur demeure l’une des priorités de Mr Diockou ?

J’ai une fois dit à Sada Ndiaye de passage à paris avant même la mise en place du Conseil Supérieur des Sénégalais de l’Extérieur que beaucoup de Sénégalais subissent parfois des condamnations pénales excessives et ont également des problèmes judiciaires en France, aux Etats-Unis et un peu partout en Europe et dans le monde. Ils ne bénéficient pas d’aide juridictionnelle et sont donc laissés à l’abandon. Et pourtant, chaque Etat devrait assurer la protection diplomatique. Mais ce n’est pas le cas compte tenu des réalités de nos Etats qui n’ont pas les mêmes capacités diplomatiques que les Etats-Unis ou la France à assurer la défense des intérêts de nos concitoyens. Nous allons donc nous atteler à corriger ses manquements.

En tant que cadre casamançais, que comptez-vous faire pour accompagner le processus de paix et œuvrer pour lec développement de la région ?

Vous savez le développement n’est possible que si on est dans un cadre social et juridique apaisé. Tant que les esprits ne sont pas apaisés toute réalisation est vaine. Ca fait dix ans que je vis à paris et il m’arrive souvent d’inviter des amis à venir visiter notre région mais ils me disent que les autorités de leur pays leur dissuadent de faire ce voyage car la Casamance n’est pas sûr. Vous voyez, cela relève de psychologie et je les comprends naturellement. Donc c’est à nous d’inverser la tendance, de leur faire comprendre qu’aujourd’hui, certes il y a encore des difficultés, des problèmes qu’il faut affronter et regarder en face, mais que ces problèmes là sont entrain d’être dépassés, qu’il y a une dynamique qui s’enclenche. Et c’est pour cette raison que moi personnellement à chaque fois que l’occasion m’est offerte de venir au Sénégal je ne peux pas m’arrêter qu’à Dakar. Parce que si je le faisais les gens diront qu’étant moi-même casamançais je n’ose même pas y aller à tout moment. Cela devrait donc être le cas de beaucoup de gens qui vivent à l’étranger et des cadres casamançais qui sont à Dakar.

Justement Et que dites vous à ces derniers ?

Je les exhorte à venir faire vivre leur village d’origine, leur ville, leur région. Et moi en tant que responsable d’opinion je dis souvent à mes compatriotes de France que personne d’autre ne fera la Casamance sans les casamançais, personne d’autre. Les autres viendront en accompagnement, en soutien. Et c’est le rôle d’ailleurs de l’Etat qui le fait si bien. La Casamance doit être construite par les casamançais d’abord et c’est ce message là que nous devons porter.

Et c’est l’occasion pour moi de féliciter aujourd’hui un homme le premier magistrat de la ville de Ziguinchor Abdoulaye Baldé. Il a compris que sans la paix rien n’est possible. C’est pourquoi il a amorcé une solution de consolidation de la paix à travers cette événement culturel qu’est Zig’Fest. Des hôtes viendront de partout dans le monde pour assister à cet événement international. Abdoulaye Baldé a compris que la Casamance vit avant tout de tourisme, de culture. Et ce festival permettra à tous les casamançais de se retrouver autour de la culture, du dialogue parce qu’aussi c’est cela notre richesse. On a une chance extraordinaire de vivre en parfaite entre harmonie entre mandingues, manjacques, bainouks, Diolas, balantes, peuls, ouolofs, etc. D’ailleurs dans mon village d’origine Baghagha, les Al pulaar y sont aujourd’hui majoritaires. Cela veut dire que nous avons une chance extraordinaire de partager ce qu’on appelle le melting pot culturel c’est qui est encore une fois extraordinaire. Et je crois qu’à partir de ce moment le reste viendra tout seul et cette paix va s’imposer sans même qu’on la proclame parce qu’il ne sert à rien de la proclamer si elle ne s’impose pas. C’est par des faits de tous les jours qu’on retrouvera un jour notre verte Casamance telle qu’elle était.

Vous avez effectué aujourd’hui un grand retour dans votre village natal de Baghagha où vous avez été accueilli en grande pompe par les siens, peut on s’attendre à ce que vous reveniez militer un jour au niveau de la base ?

Aujourd’hui j’ai ma carte du PDSL au niveau de la communauté rurale d’Adéane où je suis délégué. Ce sont les responsables politiques qui m’ont demandé de prendre ma carte politique au niveau de la base. Je n’étais pas demandeur mais je suis prêt à renforcer mon parti dans l’intérêt de la collectivité locale qui m’a vu naitre. C’est l’arrondissement de Niaguis, c’est le département de Ziguinchor. Et je le fais également pour renforcer le combat politique d’un homme, Abdoulaye Baldé qui a un leadership sur toute la région naturelle de la Casamance. C’est ça mon credo, c’est ma volonté et je le fais déjà ici au Sénégal et ailleurs en France. Et enfin, j’ai un objectif qui est d’aider modestement un responsable comme Baldé pour faire réélire Maitre Abdoulaye Wade en 2012.

En tant responsable politique du PDS que vous inspire cette lutte de tendance qui se manifeste de plus en plus entre le camp de Baldé et celui de Inno ?

Vous savez je suis arrivé à Ziguinchor et j’ai vu le responsable que les ziguinchorois ont fait confiance sur le terrain. J’ai moi-même eu la chance de l’accompagner à la Place Aline Sitoé Diatta où il est entrain d’ériger la statue de l’obélisque qui sera l’une des plus belles places du Sénégal aujourd’hui. Il est au Cap Skirring pour préparer les festivités du Zig’Fest (l’Interview a eu lieu le dimanche 18 avril) et demain il va s’occuper de notre armée nationale qu’il a la lourde responsabilité de gérer. C’est le moment donc pour tous les casamançais, pour tous les sénégalais dans leur diversité ethnique, religieux, etc. de le soutenir. Après, que des gens aient des ambitions, c’est leur droit le plus absolu. Mais je pense que la hiérarchie à Ziguinchor est connue depuis belle lurette. Tout le monde sait qui a amené qui dans le parti, qui a investi qui dans le parti et qui enfin les ziguinchorois ont fait confiance. Moi je n’ai personnellement pas à remettre en question l’ambition de qui que soit mais je demande tout simplement à tout un chacun de se mettre autour de l’essentiel. Et l’essentiel, c’est de se ranger derrière le frère Abdoulaye Baldé pour l’aider à concrétiser ses 10 engagements pris lors de la campagne locale. Le reste ne m’intéresse pas et n’intéresse pas les ziguinchorois.

Pour vous le débat est tranché, tous les militants libéraux de Ziguinchor y compris Innocence Ntab Ndiaye doivent se ranger derrière Abdoulaye Baldé

Je pense qu’il va falloir que ce langage de vérité soit tenu à l’endroit de nos responsables politiques. La Casamance en a assez des divisions pour des raisons crypto personnelles. Et pour moi, ce qui ne s’inscrit pas dans le cadre de l’intérêt collectif ne m’intéresse vraiment pas. C’est pour cette raison que j’affirme ici haut et fort toute ma loyauté et ma fidélité à l’ancien secrétaire général de la présidence de la république et actuel ministre des forces armées parce qu’il est entrain de faire tout simplement des choses que les ziguinchorois attendaient depuis longtemps . Je me suis promené aujourd’hui dans la ville et j’ai constaté que tout Ziguinchor est en chantier et Ziguinchor est entrain de redevenir cette ville qu’on aimerait voir. Je pense que son travail n’est pas encore terminé. Baldé n’est qu’au début de ce travail qui l’attend. Il avait promis aux populations de mettre en place une zone économique exclusive on attend cette mise en place car les jeunes veulent du travail pour éviter leur déplacement vers Dakar qui est aujourd’hui pleine à craquer. Donc je pense que tout le monde doit se mettre derrière Baldé pour faire de Ziguinchor l’une des régions les plus développées du Sénégal. Et c’est possible parce qu’on a des potentialités naturelles indéniables. Il faut tout simplement les exploiter à fond mais dans l’unité et la cohésion. Et pour cela, il faut également qu’on sache qu’on ne peut être deux dans la conduite d’un même bateau. Il faut toujours un chef et le chef c’est Abdoulaye Baldé.

Propos recueillis par Tapha I. BADJI
C'est sympa de partager...

Admin

www.dakar-info.com est le "petit site qui monte" dans le paysage médiatique sénégalais, à tel point qu'il est devenu aujourd'hui l'un des sites régionaux les plus visités de notre pays. Vous voulez vous informer sur ce qui se passe chez nous? vous avez une information à publier? Restez connectés ou contactez-nous par mail : contact@dakar-info.com

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Pape Mamaille Diockou responsable libéral à Paris : « A Ziguinchor le chef, c’est Abdoulaye Baldé »"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
je trouve cet entretien très nul, je pense que la nouvelle génération abandonnerait le griotisme auquel notre pays a toujous été confronté. après avoir lu cet article, je me rends tout simplement compte qu’on a encore du boulot. il y a plein de truc que je n’ai pas aimé: 1ère question, on demande à mr diockou de parler un peu du CSSE, qu’est-ce qu’il fait? il ne nous dit pas du tout de quoi il s’agit mais nous rappelle comment il était composé au temps des socialistes, que hors-sujet ! il dit que ce CSSE est différent de celui du… Read more »

Notre pays est vraiment foutu, il n’y a que des incompétents qu’on essaie par tous les moyens de mettre en avant. Il suffit de côtoyer Baldé ou de l’écouter pour s’en rendre compte, ses limites sont flagrantes.

Je ne connais pas ce Pape Diockou mais, ses propos ne sortent pas de l’ordinaire auquel nous sommes habitués, des flagorneurs qui n’ont qu’une ambition c’est-à-dire satisfaire leur propre intérêt.

Je t’encourage pape à continuer sur ta lancée, le pays a besoin des jeunes aussi dynamiques que toi. tu as fait tes preuves à paris, ceux qui te critiquent aimeraient bien être là où tu es.

arrêtez d’être méchant les gars………..

JL, vu que tu connais pas Pape Diouckou, le juge pas . mieux faut se taire.
yaw coumba tu fais parti des mécontents c’est tout. Prouve comme lui et tu seras promu l’affaire est simple au lieu de critiquer les gens.

je n’ai rien à ajouter après la dernière intervention de RB, ceux qui critiquent ne sont que des aigris. pape, on te soutient, de toute façon, les jaloux n’ont pas d’autres solutions si ce n’est maigrir, comme disent nos amis ivoiriens.

Ce qui est bien dans ce débat, c’est qu’il ya des gens qui ouvrent les yeux….Cela me fait plaisir ! JL, tu ne le connais; tu as raison de le signaler. Mais tu as surtout raison, tout en ne jugeant pas cet homme (contrairement à ce que soutien RB), de constater que son discours n’est qu’un ramassis de lieu commun. Si c’est ce que l’avenir du sénégal nous reserve, je crois que nous pouvons, plus que rester perplexe, être effondré de peur, de consternation et de desespoir… Que fait cet homme? Il vit au sénégal ou en france? Quel est… Read more »

Dernière chose et pas des moindres.
Ces interviews sont lus à travers le monde. De grâce, ayons la décence de revoir la grammaire, la conjugaison et l’orthographe avant de les publier…

La qualité de l’écriture témoigne de la qualité de l’interview et, cela va sans dire (mais il va mieux en le disant), de la crédibilité du journaliste qui reçoit les propos et de celle de l’interviewé.

C’est du moins ce que je pense. Mais qui suis-je, et comme diraient les soixante-huitards, « d’où est-ce que je parle » pour me permettre de vous tenir de tels propos….

Vive l’orthographe !

felicitation à pape Diockou , à Baldé et plus présicement au président de la republique le Sénégal en avant

Toutes mes félicitations Maître Diockou!!!

Continue ainsi, petit à petit, l’oiseau fait son nid!!

laisses les jaloux derrière, il vont maigrir.

de toute façon on ne peut pas arrêter la mer avec les bras.

Je t’encourage davantage et te réitère mon soutien.

Bonne continuation

Senegal mo nekh daal ! comment peut-on nommer un inconnu pour représenter les gens de la diaspora?

felicitation à pape Diockou , à Baldé et plus présicement au président de la republique le Sénégal en avant

Encore un njago affranchi de ses obligations de peintre qui vient nous pomper l’air, comme si les sénégalais de France ou de l’extérieur se résument à ton cercle de rebelles à la solde de BALDE. La première obligation d’un intellectuel M.Ndiockou (sa santou dof bi) c’est l’honnéteté, sinon s’en est fini de toute contribution cognitive sensée. Ne jouez pas avec votre avenir mec, vous avez coupez vos corde d’esclave de la société sénégalaise qui ne sait faire d’un njago, qu’un peintre ou un grimpeur de palmier pour les besoins de la culture du Seung; à quelqu’un qui peut se targuer… Read more »

Je t’encourage pape à continuer sur ta lancée, le pays a besoin des jeunes aussi dynamiques que toi. tu as fait tes preuves à paris, ceux qui te critiquent aimeraient bien être là où tu es.

LOUGATOIS!!!!! ,t’es un dangers pour la cohésion sociale!!!!! Le pays a besoin de gens intelligents, impartiaux, exempts de tous agissement contraire a l’éthique, épargne nous donc de ton ethnicisme,(exemple du Rwanda), il faut donc étre vraiment con pour parler comme toi, sache que chaque ethnie fait partie de l’identité et du patrimoine méme de notre pays et qu’aucune ne vaux mieux qu’ une autre!!!!!!! réveille toi on est au 21eme siécle, ce qui compte today c’est la capacité de chacun d’apporter des idées,des projets, l’intelligence et la compétence pour pousser notre Sénégal de l’avant!!!!!!!! JE T’INVITE A CHANGER DE DISCOURS… Read more »

depuis quant tu as quitter Baghagha pour nous pomper l’air sur votre diasporat qui sert a vous enrichir tu ne peut pas rester en france et parler du village tu croix que c comme sa descand au terrain voir les difficultes que nous rencontrons la verite tu le sait si tu es cable augmenter l’electricite ;depuis le ps a installer le forase et devenu un moniment du village tu n’es meme pas cable d’augmenter une classe au cem tu parle de Baghagha on a n’a marre changer de discourt mon frere!!!!! tu as baucoup faires

mes félicitations et continu dans ce sens du courage

wpDiscuz