Référendum du 20 Mars 2016 : Un OUI poussif non synonyme de blanc seing à défaut de plébiscite

Jamais de mémoire de Sénégalais, référendum n’aura été autant populaire par la grâce des médias sans que cela ne se répercutât sur le nombre de votants. L’abstention aura été le grand vainqueur car moins de la moitié des sénégalais régulièrement inscrits sur les listes électorales n’ont pas jugé bon ou utile de se rendre aux urnes. L’issue ne faisait pas de doute au regard des moyens matériels dont disposait le pouvoir qui au lieu d’écraser son adversaire qui n’a pas eu le temps de se préparer a selon toute vraisemblance bien rempli sa mission en récoltant un score héroïque. A la place des vainqueurs, j’aurais le triomphe modeste car le Front du Refus une fois, les automatismes huiler, pourrait être une alternative plus que crédible en 2017 lors des législatives.

Il n’y a pas de quoi pavoiser car le référendum a pour corolaire, le plébiscite. Or ce n’est manifestement pas le cas, les moyens humains, matériels, logistiques déployés sans compter l’essentiel des télévisions, avoir un tel score (53%) est synonyme de désaveu. L’implication personnelle de Macky Sall, sa famille, bref, tout le clan avait à cœur de gagner. Mais gagner avec les honneurs sans contestation aucune, aurait été gage de cocorico. Mais loin de là, les Nonistes avec les moyens du bord ont poussé le camp présidentiel jusque dans ses derniers retranchements. Un leader comme Oumar Sarr a fait mordre la poussière à 2 grosses pointures de la République à Dagana. Pour battre Idrissa Seck  dans le département de Thiès, il a fallu les Sigma de ministres, directeurs généraux, députés. C’est le cas à Ziguinchor et partout. Idem pour Aida Mbodj.

Sur le vu des résultats, il n’y a pas photo entre les résultats d’hier et ceux obtenus lors des différentes consultations populaires d’avant. Si les Sénégalais étaient habitués à des plébiscites, les voilà qui inaugurent l’ère des scores plus qu’étriqués, ceux là qu’on obtient au forceps en invitant les arbitres aux restaurants, en leur offrant des gâteries avec des a côtés …C’est dire qu’un goût amer devrait accompagner cette victoire. Lorsqu’on gagne un référendum avec moins de la moitié des Sénégalais, lorsqu’on remporte des législatives avec moins de 35% du corps électoral, il ya lieu de se poser des questions. A moins de se complaire dans des coups de sorts, dans des victoires aussi approximatives que porteuses de désillusions, des victoires à l’arracher dont seuls les acteurs pourront dire si elles sont fades ou ont quelque arrière goût…

Ibrahima Diop

C'est sympa de partager...

Vous aimerez aussi...

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz